Réinventons ensemble le système éducatif de demain
Un événement The Good Company
Présentation Actualités Evénements Galerie Sonder Analyser Synthèse

02-04-2020 : Comment mettre en place un fonctionnement plus participatif au sein de nos écoles ?


Première du programme The Good Company 2020 pour l’innovation citoyenne, la rencontre digitalisée du 2 Avril dernier a réuni un large panel de participants autour de la question du système éducatif de demain. Ne pouvant faire l’impasse sur la situation de confinement actuelle, les échanges se sont majoritairement orientés vers la manière dont le monde de l’éducation a dû s’adapter ces dernières semaines, et sur les enseignements à en tirer pour construire collectivement le système éducatif de demain.

 

 

Cette situation exceptionnelle a fait apparaitre de nouveaux modes de fonctionnement, mais surtout, une nouvelle relation, une façon différente d’envisager d’une part, les liens qu’il existe entre élèves, professeurs et parents, mais également les passerelles qui peuvent se créer entre monde de l’éducation et monde de l’entreprise.

L’encadrement et l’accompagnement scolaires, contraints d’être mis en place par le biais du numérique pendant ce confinement, sont venus bouleverser l’aspect traditionnel des échanges qu’il existait jusqu’alors entre un élève et son enseignant. 

En effet, les professeurs disposent de plus de temps pour échanger et partager avec leurs élèves, approfondissant ainsi la notion d’un accompagnement plus individualisé, et d’une mesure des progrès et de l’avancement des élèves au cas par cas, qui sort du cadre conventionnel d’évaluation.

 

 

De plus, au sein même des groupes d’élèves, le manque d’interaction sociale, de lien physique, a fait ressortir en cette période une forme de solidarité, presque « instinctive », une nouvelle forme de partage et de cohésion au sein des classes.

C’est aussi les parents qui sont aujourd’hui, pendant le confinement plus que jamais, mis au cœur du dispositif d’éducation mis en place. Assurant le maintien du lien de leurs enfants avec leur structure scolaire et le suivi de leur parcours, leur implication est essentielle, et, on note à travers les échanges de la rencontre, qu’ une « empathie mutuelle » entre eux et les enseignants se ressent ces dernières semaines et constitue un réel atout à pérenniser dans le futur.

 

 

Néanmoins, on fait également le constat que certains parents, certains élèves, manquent aujourd’hui à l’appel de ces nouvelles rencontres, de ces nouvelles formes d’échanges numériques, et que le fossé de niveau et d’implication qu’il existait entre les élèves tend alors à s’approfondir encore plus avec les contraintes de cette période de confinement.                                                            

L’usage de la technologie a certes dévoilé des aspects profitables d’une relation de proximité entres élèves et enseignants, mais cela a également mis en exergue l’aspect essentiel du lien physique incarné par les structures d’enseignement. La perte de ce lien physique avec l’enseignant, conduit certains élèves, moins impliqués dans leur cursus, à décrocher rapidement du système mis en place. Sans une implication totale de leurs parents, il est très difficile de garder le contact avec ces élèves et de les intégrer avec agilité à ces nouveaux modes d’apprentissage.

 

 

On note alors l’importance de l’implication de chaque partie prenante du système éducatif dans le cursus scolaire d’un élève en commençant par celle de l’élève lui-même. En effet, souvent positionné comme destinataire et non co-constructeur de l’information qu’il reçoit, on note parfois un désengagement des élèves dans leur cursus qui se laissent porter par le mouvement sans jamais s’en saisir, et qui, lorsque le mouvement est bouleversé comme c’est le cas en cette période de confinement, manquent de la capacité d’adaptation et de l’agilité nécessaire pour la continuité de leur apprentissage.

 

 Il convient donc pour le système éducatif de demain d’adapter les méthodes d’éducation aux différents constats mis en lumière par cette période de confinement, et, d’impliquer chaque partie prenante dans la construction concertée des modes d’éducation.          

En effet, il apparait primordial de donner aux élèves plus de responsabilités dans le processus d’apprentissage, notamment par la co-construction de certains supports éducatifs, afin de leur laisser la possibilité de mener par eux-mêmes des réflexions sur certains sujets, et  de se forger ainsi leurs propres modes de pensées. De plus, l’élan de solidarité que l’on constate aujourd’hui entre élèves est un aspect à capitaliser pour le futur en encourageant la mobilisation de l’intelligence collective par le travail de groupe, favorisant ainsi la sociabilité et l’ouverture d’esprit.

 

 

L’élève doit être mis au cœur du système éducatif et encouragé à participer activement à sa conception en prenant conscience dès le plus jeune âge de son pouvoir d’agir. Il ne s’agit donc plus de faire avancer un élève par le seul biais d’un cursus scolaire cadré et régi par l’assimilation de connaissances, mais de lui donner confiance en ses propres capacités, de lui permettre de découvrir ses talents et de forger ses valeurs et ses convictions. Aménager le temps scolaire différemment semble alors être un moyen pertinent de permettre aux élèves de se consacrer à leurs passions, à la pratique d’un sport ou toute autre activité leur permettant de se découvrir et de s’épanouir. 

De plus, parfois perçu comme « déconnecté de la vie réelle et du monde du travail » le système éducatif gagnerait demain à renforcer ses liens  avec le monde professionnel afin de recontextualiser certaines notions d’apprentissage et donner du sens.

 

 

En s’appuyant sur l’intelligence collective, on constate que la période de confinement que nous vivons actuellement a finalement permis d’opérer une réelle remise en question du système éducatif. Le passage contraint au digital s’est effectué en quelques jours montrant la capacité d’adaptation de chacun et la possibilité de moderniser certaines méthodes de transmission du savoir mais surtout l’importance de repenser un système plus participatif, mettant l’élève au cœur du système et acteur de son apprentissage.

 

 

Dans l’esprit des échanges qui ont marqué cette première  rencontre du programme The Good Company 2020 pour l’innovation citoyenne, continuons de contribuer à une réflexion collective sur la situation inédite que nous vivons actuellement et sur la construction de demain.

N’hésitez pas pour se faire à continuer d’alimenter cet espace REINVENTONS LE SYSTEME EDUCATIF DE DEMAIN ou à vous connecter aux différents espaces de concertation Colidée mis à la disposition de tous, et à les enrichir de vos contributions :